Comment allier conviction et contraception?

Salut vous !

Je vous retrouve aujourd’hui sur un article qui me tient particulièrement à cœur : comment allier écologie et contraception?
En effet, les hormones des contraceptifs n’ont pas d’impact uniquement sur nous et notre corps, mais également sur notre environnement. Différentes études démontrent l’impact négatif des hormones sur les poissons notamment.
Je vous invite à lire un article sur les dangers de la pilule sur l’environnement de 2010 ainsi qu’un article de 2011 lui « répondant » en affirmant que les doses d’hormones relâchées par les femmes prenant la pilule est faible donc à ne pas prendre en compte. Cependant, en 2012, Consoglobe nous faisait part de cet article sur la pilule écolo de demain.

Je vous ai donné plein de lectures, cependant, ce sont mes opinions qui ont guidés mes choix bien avant d’être sûre que ma contraception pouvait avoir un impact négatif sur mon environnement. Oui, avant, j’étais candide.

17 ans, premier chéri & pilule (2008):

Comme toutes les jeunes filles de 17 ans, quand ça a été sérieux avec le garçon en question, j’ai eu l’envie de prendre la pilule. C’était surtout pour abandonner le préservatif après test de MST.
J’ai alors vécu alors quasiment 3 ans de love story avec ma pilule Jasminelle. Quelques oublis mais rien de grave, mais surtout la tranquillité de savoir quand mes règles allaient arriver. J’ai été une fille réglée depuis le début de mes règles mais je suis une vraie tête de linotte avec des difficultés à se situer dans le temps. D’où de nombreuses surprises du genre « Quoi? Ça fait déjà 3 semaines!? ». Fin de la parenthèse.

Malgré les paillettes dans les yeux, malgré ce nouveau monde qui s’ouvrait à moi sans risque d’enfanter, ma love story a connu des hauts et des bas, puisque j’ai largué la pilule pendant 4 mois durant mon célibat, car je n’avais pas envie de prendre des hormones alors que je n’en avais pas besoin. Je l’ai reprise dès que j’ai retrouvé un amoureux. J’ai poursuivi mon histoire avec Jasminelle puisqu’il m’en restait d’une part et que mes analyses de sang étaient bonnes d’autre part. J’ai conservé ma pilule encore 1 an après l’avoir reprise puis j’ai décidé de changer de contraceptif.

21 ans & bonjour l’implant (2011):

J’ai jeté alors mon dévolu sur l’implant. Pourquoi? Pour une raison simple : j’avais une réelle perte de libido. C’est le seul effet secondaire que j’ai eu de la pilule : je n’ai pas pris de poids, je n’ai pas de pris de seins non plus, pas de problèmes de peau ou autres, tout allait bien. J’ai choisi de suivre les prescriptions des médecins : arrêt de la pilule un mois avant, test de grossesse avant la pose et c’était parti.

L’implant est encore assez méconnu dans le milieu de la contraception. On a tendance à balancer la pilule sans vraiment y réfléchir, alors qu’il y a d’autres alternatives.

« L’implant contraceptif est un bâtonnet qui ressemble à une allumette, en beaucoup plus fin, fabriqué en matière plastique souple, mesurant 4 cm de long sur 2 millimètres. Il est inséré sous la peau du bras au moyen d’une aiguille creuse et délivre de la progestérone en continu ce qui bloque l’ovulation et assure ainsi son effet contraceptif. L’implant est efficace à plus de 99%. « 

On constate immédiatement une différence de taille entre implant et pilule : ce n’est pas la même hormone !

Mais qu’est ce que la progestérone?

« La progestérone est une autre hormone féminine qui sert à préparer l’utérus pour une grossesse. Elle est produite dans la seconde moitié du cycle menstruel après l’ovulation, période pendant laquelle ses taux augmentent pendant quelques jours puis diminuent en l’absence de fécondation.
La progestérone agit sur la muqueuse de l’utérus (ou endomètre), et permet la survenue des règles à la fin de chaque cycle menstruel. »

Ainsi débute une histoire de 2 ans avec l’ami l’implant. Après 6 mois de difficultés, sans règles mais avec mon collègue le spotting. Bref, une sacré galère mais ça valait le coup pour arriver à mon saint graal :  L’ABSENCE DE RÈGLES ! Petite victoire, mais de bien courte durée. J’ai dit aussi bonjour à l‘acné hormonale, mais aucune autre conséquence physique.

Après avoir rompu avec l’implant

Il se trouve qu’avec un an sans règle, j’étais plus perturbée qu’autre chose. Ce n’était pas « naturel » pour moi. Les règles, c’est nul mais ça sert. Retour à la case départ (mais avec de la libido cette fois-ci), bye bye implant !

23 ans & la liberté (2013):

J’ai enlevé l’implant et j’ai commencé à me poser des questions sur l’impact de la contraception sur mon corps. En effet, j’étais réglée avant contraception et une fois arrêtée, il m’a fallu des mois pour retrouver un cycle normal (hors période de stress bien entendu).

C’est également le moment où j’ai testé la Cup et des protections hygiéniques lavables. Je commençais à vouloir réduire mon impact sur la planète mais il m’aura fallu plus d’un an pour trouver ce que je cherchais.

25 ans & l’âge adulte (2015):

J’ai enfin décidé de franchir le pas du stérilet en cuivre. En effet, après de nombreuses recherches, je souhaitais une contraception sans hormones mais aussi une contraception qui n’avait aucun impact sur la nature. Le stérilet en cuivre est donc spermicide par la nature même du cuivre mais il empêche également l’œuf fécondé de se fixer à la paroi utérine. Purement mécanique. Pour rien vous cacher, ça a pas été facile de convaincre ma gynéco. Je ne sais pas trop sur quels fondements elle se base pour être aussi récalcitrante (alors que le vaccin du papillomavirus, aucun recul mais allons-y !). Alors oui, ça fait mal, mais franchement, si c’était à refaire, je le referais. Ne serait-ce que pour la satisfaction de ne plus polluer les eaux pour une décision égoïste (oui, j’aurais pu choisir d’être une poule pondeuse ou de m’abstenir.).

On le sait, les pilules conventionnelles sont bourrées d’hormones synthétiques. Éliminées par les urines, les dites hormones terminent dans les rivières, après leur passage dans les stations d’épuration. Résultat : les poissons mâles « se féminisent » allant pour certains spécimens jusqu’à produire des œufs ! C’est le cas des gardons, étudiés par l’université du Havre depuis prés de 15 ans, qui produisent des œufs dans leurs testicules. Le programme européen Comprehend, mené par l’EAWAG (Institut fédéral pour l’aménagement, l’épuration et la protection des eaux) a étudié les effets d’effluents de stations d’épuration sur les truites arc-en-ciel mâles. Le même résultat a été observé ; on a en effet pu constater la féminisation des poissons. La pilule est un donc un véritable poison pour les poissons.
Source : Consoglobe

Le stérilet a véritablement changé ma vie. J’ai eu des difficultés durant les 3 premiers mois (ce qui le cas pour de nombreuses contraceptions, c’est le temps que le corps s’habitue), mais maintenant, je n’ai plus de douleurs. Je pense sincèrement que c’est une des meilleures décisions que j’ai prise dans ma vie et pourtant, elle est partie d’une idée simple : « les hormones de la pilule ont un impact sur ma libido, ce n’est pas normal ». L’idée a mûri en « ma viande est nourrie aux hormones, je ne tiens pas à l’infliger en plus de la contraception à mon corps » puis en « les hormones, c’est très mauvais pour la Planète ! ».

Evidemment, j’aurais pu choisir de me protéger exclusivement avec des préservatifs mais je voulais une véritable tranquillité d’esprit, au moins par rapport au risque de grossesse. De plus, le préservatif est un déchet, difficilement recyclable/biodégradable etc et surtout plein de perturbateurs endocriniens.

J’espère que cet article – même s’il est long – vous a plu.

Dites moi ce que vous en pensez et qu’est ce qui a justifié la prise de telle ou telle contraception.
Seriez-vous prêtes à changer de contraception pour une conviction écologique?
Je vous embrasse,

Pour aller plus loin :

Publicités

6 réflexions sur “Comment allier conviction et contraception?

  1. Il n’est aucunement long ton article 😉 et très intéressant.
    J’ai un avis assez radical sur tout ce qui est à base d’hormones … Et j’ai opté aussi pour le stérilet en cuivre après ma grossesse.
    Mais avant cela, je n’avais rien du tout parce que je ne savais pas justement comment faire sans hormone (vive la sensibilisation). Enfin, en quelque sorte je peux dire heureusement que j’avais des problèmes de santé qui ne me permettaient pas d’avoir d’enfant :/

    Je ne retournerai plus jamais aux hormones. Pour la simple raison que ça tue notre système hormonal justement. Ça le détraque, l’abîme et le stop. Alors justement stop à l’artifice et place au naturel. Bon le stérilet en cuivre n’est pas naturel non plus mais je pense que c’est le mieux pour tout le monde (nous-même et les petits poissons 🙂 )!

    En tout cas, merci pour ton article je ne savais aucunement que tout cela détraqué justement les poissons mal :/ Comme quoi, tout pollue et pas que notre corps.

    Belle journée à toi
    Affectueusement
    Lili

    1. Ah ma douce spécialiste des longs articles ! Je sens que tu commences à d’éteindre sur moi. Je commence à écrire des articles de plus de 1000 mots 😂.
      Et oui, la pollution est partout malheureusement mais maintenant que tu le sais, tu peux agir en conséquence. Comme toi, je trouve que l’information n’est pas si facile à trouver et encore moins si tu en parles à des professionnels de santé.
      J’ai refusé de parler des lobbies pharmaceutiques dans cet article parce que je ne tiens pas à avoir l’étiquette de « complotiste » mais je me dis que ça doit jouer dans de nombreux cas.

      Douce soirée,
      On se voit bientôt pour un Veggyvan?
      😘

  2. j’ai pris la pilule très tardivement, à mes 23 ans (j’en ai 26) et je ne cesse de me questionner. Je n’aime pas l’idée de prendre des hormones, ni bien sur l’idée de polluer. Niveau « sans hormones et sans pollution », quelle autre alternative à part le stérilet ? J’y réfléchi de plus en plus. Ce qui me fait douter, c’est effectivement la pose et la douleur. Mais surtout, l’abondance des règles ensuite. Beaucoup de mes proches ont eu par la suite des règles longues et douloureuses. Les premiers après la pose sont désagréable car le corps cherche à rejeter le stérilet. Bref, j’ai encore besoin de réfléchir à tout cela mais je n’exclu pas l’idée loin de là !

    Line de https://la-parenthese-psy.com/infos-pratiques/comment-devenir-psychologue/

    1. Coucou Line !
      Merci de ton commentaire. Tu as eu de sacrés retours. De mon côté, j’en ai pas eu tant que ça donc je n’ai pas trop angoissé 😅. En tout cas, j’ai eu mal à la pose. J’ai eu très mal durant les deux premiers cycles (c’est à ce moment-là qu’on m’a trouvé un kyste fonctionnel à l’ovaire donc rien de grave mais ça me donne des douleurs).
      Pour l’abondance de règles, je n’ai pas vu de différence pour moi qui ait toujours eu des règles de fou 😂.
      Et oui, en contraception non-nocives pour la Planète. C’est le seul, même si on peut objecter l’extraction du cuivre.

  3. Hey !
    Moi aussi c’est une histoire de libido.
    Et de non-connaissance de mon corps, qui est sous pilule depuis mais 16ans …
    Du coup, j’ai l’ordonnance pour le DIU en cuivre, y a plus qu’à !

    1. Coucou 👋
      Au final, tu as pris la pilule pendant combien de temps?
      Écoute, je ne regrette pas du tout mon passage au stérilet. Même si en ce moment, mon chéri et moi, on réfléchit à se faire « stériliser » pour de bon car on ne veut pas d’enfants. Et c’est vrai que ça soulagerait de pas mal de choses 😂.

      N’hésites pas à revenir par ici et à me dire comment s’est passé ton passage au DIU au bout de quelques mois. C’est toujours intéressant d’échanger sur ce genre de sujet 😊
      Bon week-end !

Le mot de la fin est pour vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.